La fièvre de l’enfant

septembre 14, 2019 0 Par Lysaura

La fièvre est un symptôme très courant chez l’enfant mais redouté par les parents. Il motive souvent les parents à consulter un médecin. La première année de vie,  un enfant va faire en moyenne 10 rhinopharyngites avec fièvre.

Il est important de comprendre le mécanisme de la fièvre et à quoi elle sert.

La fièvre a une utilité : En effet, elle fait partie du système de défense de l’organisme. Lorsque le corps de votre enfant est envahi par un virus, une bactérie, un champignon ou lors d’une inflammation, un message est envoyé à son cerveau pour faire augmenter la température du corps et ainsi lutter contre l’infection. Il s’agit donc d’une réaction normale et saine.

Quand parle-t-on de fièvre?

Selon l’âge de votre enfant, les risques et la gravité ne seront pas les mêmes.

On parle donc de fièvre pour un enfant de moins de 3 mois quand la température est au-dessus de 38°,   et 38°5 pour un enfant de plus de 3 mois.

La Fièvre va entraîner deux problèmes bien différents:

  • La tolérance de la fièvre par votre enfant, donc la  nécessité de donner un traitement éventuel.
  • la cause qui peut être soit bénigne soit sévère. Ce ne sera pas la même gravité si votre enfant a de la fièvre dû à un rhume, une poussée dentaire ou une méningite.

Comment savoir si votre enfant a de la fièvre?

Parfois la fièvre peut passer presque inaperçue : vous pouvez vous rendre compte que votre enfant est chaud en lui faisant un bisou. Sans pour autant qu’il ait une modification de son comportement. C’est que votre enfant tolère bien la fièvre.

Alors que d’autres fois, votre enfant peut présenter des signes visibles qui vont vous faire penser qu’il peut avoir  de la fièvre. Ces signes peuvent être : les joues rouges, votre enfant est fatigué, plus abattu qu’à son habitude, grognon. Bref vous vous rendez bien compte qu’il n’est pas dans son état normal.

Malgré vos doutes, et le fait que vous sentiez que votre enfant est chaud et donc qu’il a de la fièvre, il est indispensable de prendre sa température à l’aide d’un thermomètre pour suivre l’évolution de la température. (et non pas avec votre bouche).

De nos jours une grande variété de thermomètres existe sur le marché, plus ou moins fiables.

La prise de température doit être faite dans de bonnes conditions pour pouvoir suivre son évolution de manière fiable.

Je vous propose un tableau comparatif des thermomètres les plus fréquemment utilisés.

En ce qui me concerne en tant que professionnelle je préfère le thermomètre tympanique ou auriculaire.

 Il est fiable car nous avons une température dite centrale (le thermomètre vient prendre la température au niveau du tympan) il n’est donc pas nécessaire de rajouter 0,5 degrés en plus de ce qui est affiché. De plus, ce mode de température est non invasif, confortable et non douloureux pour l’enfant. Il est tout à fait possible de prendre la température lorsque votre enfant dort sans le réveiller.

Le seul point négatif à mon avis, est le coût, et le fait de changer les embouts de protection.

A contrario, je n’aime pas la prise de température en rectale. Certes, elle est précise (tout comme le tympanique), mais elle n’est pas confortable pour l’enfant. Imaginez vous si la nuit on vous réveillait pour vous prendre la température en rectal… le réveil va être agréable ! Sans compter le nombre de fois par jour, lors d’une fièvre, où vous allez prendre la température à votre enfant. Ah oui, mais votre maman, mamie vous dit que c’est la plus fiable… tout change dans la vie… elles n’avaient pas de téléphone portable à leur époque et pourtant à l’heure actuelle elles en ont certainement un ! Le thermomètre tympanique prend une température centrale et fiable…comme le rectal! Pensez au confort de votre enfant!!!

Je souhaiterais attirer votre attention sur les thermomètres qui vous propose plusieurs types de températures en un seul appareil.

Par exemple un thermomètre qui va vous proposer une prise de température au niveau de front (frontal), dans l’oreille (tympanique) et la mesure de la température de la chambre. Quand votre thermomètre prend une température en tympanique il est directement au centre du corps il ne sera pas nécessaire de rajouter les cinq dixième pour avoir la température du corps. Quand vous prenez  la température corporelle extérieure, de la peau il faut rajouter 0.5°. Un thermomètre qui vous propose ces différents types de prise de température est souvent moins fiable.

Je vous conseillerais donc de choisir un thermomètre à un seul mode de prise : soit le thermomètre flash, soit le tympanique, soit le classique…

La température corporelle n’a pas de chiffre exact, elle oscille. Si vous prenez la température dans l’oreille droite, elle ne sera pas la même que dans l’oreille gauche. Tout comme si vous prenez la température sous le bras (en axillaire) à droite et sous le bras gauche la température ne sera pas la même. Il ne s’agit pas de quelque chose de fixe.

Pourquoi la fièvre est-elle si redoutée s’il s’agit d’un mécanisme de défense?

La fièvre est connue pour avoir deux risques de complications : La déshydratation et les convulsions fébriles qui sont dues à l ascension rapide de la température.

Que faire si votre enfant a de la fièvre?

Le traitement pour lutter contre la fièvre a pour objectif d’améliorer le confort de votre enfant, qu’il se sente mieux, moins abattu et non de traiter la cause.

Il va vraiment dépendre de la façon dont votre enfant tolère cette fièvre.

La fièvre étant un mécanisme de défense, et si votre enfant n’a pas de modification du comportement, pas de perte d’appétit, et d’inconfort, laissez son organisme se défendre et contentez-vous de le surveiller.

Ce n’est pas le chiffre du thermomètre qui est important, mais plutôt l’état de votre enfant.

Laissez la possibilité à son organisme de se défendre de façon autonome.

Cependant si votre enfant a des antécédents de convulsions où s’il s’agit d’un nourrisson de moins de 3 mois, il sera alors nécessaire de donner un traitement sans attendre.

Le traitement va comprendre la lutte contre le réchauffement pour éviter que la température corporelle augmente, la bonne hydratation et le traitement médicamenteux.

La lutte contre le réchauffement est la première action à mettre en place.

Bien souvent, les parents ont tendance à couvrir un enfant qui présente une fièvre. Prenez du recul… si le lait du biberon est trop chaud… que faites vous ? Vous le remettez à chauffer, ou vous le passez un peu sous l’eau froide…pour le refroidir ? Chez l’être humain, c’est pareil, si votre enfant a chaud et que vous le couvrez… la température ne pourra certainement pas descendre. Il frissonne ?… il s’agit d’une réaction tout à fait normale. C’est l’augmentation de la température qui va déclencher les frissons.

Donc la première chose à faire est de le découvrir.

Vous pouvez le laisser soit en sous-vêtements, soit en couche, mais pas de vêtements chauds ou de couverture pour dormir, même si votre enfant frissonne.

Malgré les conseils des grand-mères, plus on couvre l’enfant plus la fièvre va augmenter et plus il va frissonner. C’est un cercle vicieux.

 Pour son confort la nuit, vous pouvez éventuellement lui laisser un drap. Voilà pourquoi à l’hôpital on retire la couverture si votre enfant est hospitalisé pour fièvre.

Il y a quelques années les bains de 2 degrés en dessous de la température du corps étaient conseillés. Attention ce n’est plus d’actualité, ils sont maintenant proscrits car souvent dangereux avec un risque de choc thermique pouvant déclencher des convulsions suite à une baisse trop brutale de la température.

Il vaut mieux le rafraichir doucement avec un gant humide au niveau du visage (attention tout de même à ce que l’eau ne soit pas trop froide).

La deuxième action va être d’hydrater votre enfant.

Elle est capitale car elle lutte contre la perte hydrique et donc la fameuse déshydratation. Vous pouvez donc proposer à votre enfant toutes les boissons qu’il souhaitera, même les moins diététiques.

Et ensuite si cela est  nécessaire, c’est-à-dire si votre enfant n’est pas bien, et/ou que la température dépasse 39°- 39°5,  donnez un traitement médicamenteux. En d’autres temps, votre médecin vous aura déjà fait une prescription médicale que vous pourrez suivre.

Attention à l’aspirine (souvent donnée par nos grands-mères) qui, dans ce cas là, a été formellement abandonnée depuis mai 1998.

Votre médecin pourra vous prescrire deux types de traitement:

  • Du paracétamol comme le Doliprane Dafalgan Efferalgan avec une dose kilo toutes les 6h.
  • De l’ibuprofène comme l’Advil ou Nureflex une dose toutes les 8h. De nombreux pédiatres ne prescrivent plus l’ibuprofène aux enfants. Ne jamais donner si votre enfant à moins de 6 mois.

Attention l’ibuprofène ne doit jamais être donné en première intention car il peut masquer une inflammation que le médecin ne pourrait pas voir lors de l’examen (il s’agit d’un anti inflammatoire) ou faire des réactions. Il faut toujours démarrer par du paracétamol. Si c est inefficace au bout de 24-36h heures consultez votre médecin.

Quand devez vous aller consulter un médecin ?

La visite chez le médecin ou aux urgences ne doit pas être systématique. Les services d’urgences pédiatriques sont envahis par ce type de consultation, qui a pour effet d’augmenter le temps d’attente. Venir dès l’apparition de la fièvre chez le médecin peut être prématuré et inefficace d’un point de vue médical. En effet, les signes de la maladie (ex otite, angine…) n’apparaissent généralement pas dès le début de la fièvre. D’autant plus que la fièvre disparaît dans de nombreux cas entre 2 à 4 jours de façon spontanée.

Chez l’enfant il peut s’agir d’une poussée dentaire ou  d’un virus qui n’a pas besoin de traitement spécifique.

Pour rappel les virus ne se traitent pas avec des antibiotiques, seules les bactéries se traitent par des antibiotiques. Les antibiotiques ce n’est pas automatique ! Le risque étant la résistance aux antibiotiques.

Donc répondons à la question : mais quand devez vous allez chez le médecin ?

  • Si votre enfant à moins de 3 mois
  • S’il a du mal à respirer
  • S’il ne boit plus et ne s’alimente plus.
  • Si le traitement ne fait pas baisser la température et ce depuis 2 jours
  • Si votre enfant a de la diarrhée ou vomit
  • Si votre enfant se plaint de maux de tête et que sa nuque est raide
  • Si votre enfant est somnolent et qu’il est difficile à réveiller
  • S’il a des points rouges sur le corps qui ne disparaissent pas quand on appuie dessus.
  • Ou si vous avez le moindre doute (appelez le pour qu’il vous conseille)

En conclusion, la fièvre est une défense de notre organisme à une attaque. Il n’est pas nécessaire de la traiter de façon systématique, ou d’aller chez le médecin dès le premier jour de fièvre, mais plutôt en fonction de l’état de votre enfant ou de ses antécédents. Il est cependant nécessaire de surveiller l’évolution de la fièvre et l’état de votre enfant et surtout de bien l’hydrater.