La mort subite inexpliquée du nourrisson

janvier 15, 2020 0 Par Lysaura
La mort subite inexpliquée du nourrisson

La mort subite inexpliquée du nourrisson est la première inquiétude des parents. Et pour cause, il s’agit de la première cause de mortalité chez l’enfant de moins de 1 an.

En 10 ans, le nombre de mort subite à été nettement réduit grâce à des mesures de prévention. Cependant à l’heure actuelle, 350 nourrissons meurent chaque année de manière inexpliquée. Ce chiffre peut encore diminuer avec une prévention et des gestes quotidiens. Chaque futur parent, ou déjà parent devrait être informé de cette prévention. Certes, dans le carnet de santé, les parents peuvent trouver les informations, mais soyons très honnêtes, combien de parents ont lu toutes les pages d’informations, de conseils du carnet de santé de leur enfant ?

Je souhaiterais dans cet article, non pas vous faire peur, mais vous informer sur ce qu’est la mort subite inexpliquée du nourrisson, et surtout vous informer sur les moyens préventifs pour éviter ce drame, les gestes simples au quotidien qui peuvent diminuer le risque.

Qu’est ce que la mort subite inexpliquée du nourrisson ?

Il s’agit d’un décès brutal, inexplicable, d’un nourrisson de moins de 1 an, en bonne santé et durant son sommeil. On parle maintenant de mort subite INEXPLIQUÉE car à la suite des examens faits après le décès, autopsie, aucune cause de décès n’a pu être mise en avant.

Les facteurs de risque

De nombreuses recherches ont été faites et ont permis de constater un pic de fréquence entre 2 et 4 mois, et pour 2/3 des décès des garçons.

Plusieurs facteurs de risques ont été identifiés, comme : la saison hivernale (les maladies sont mises en cause comme la bronchiolite, le CMV cyto mégalo virus, l’ haemophilus influenzae…), la grande prématurité, le faible poids de naissance (moins de 2kg à la naissance), le tabagisme maternel pendant la grossesse mais également le tabagisme après la naissance, la grossesse chez une adolescente, la température de la chambre trop élevée, de mauvaises conditions de couchage (sur le ventre ou le côté, avec oreiller, couette, couverture, tour de lit, matelas pas assez ferme…), le confinement, le co-dodo

Les facteurs de protection

Des chercheurs ont étudié ces facteurs.

Ils préconisent :

  • La vaccination pour permettre aux enfants d’être protéges contre les maladies. Les enfants vaccinés ont 2 fois moins de risque.
  • L’allaitement maternel.
  • L’usage de la sucette. En effet, la succion, la déglutition provoquent de micro réveils plus fréquents.
  • Le sommeil dans la même chambre (parents-bébé). Certes le co dodo est fortement déconseillé (risque multiplié par 5), mais cependant il est recommandé de faire dormir votre bébé dans votre chambre (dans un lit à côté du vôtre) les 6 premiers mois, voir la première année.

Que faire en prévention ?

Aucun examen ne permet de dépister à la naissance ou plus tard le risque de mort subite inexpliquée du nourrisson.

  • Le plus important est le couchage. Votre enfant doit dormir uniquement sur le dos. Même s’il est très agréable de dormir sur le ventre, la position du couchage sur le ventre augmente le risque de mort subite du nourrisson par 13 !

 Votre crainte peut être : « Mais si mon enfant se retourne seul durant son sommeil ? ». Effectivement il y a un risque. C’est pourquoi il est important de favoriser la journée, la position ventrale, pour que votre enfant se « muscle » la nuque et ainsi redresser la tête. Il pourra alors la nuit, s’il s’est retourné, redresser sa tête pour la mettre sur le côté et éviter de s’asphyxier.

  • Votre enfant doit dormir sur un matelas ferme. Attention au matelas rajouté pour le confort dans le lit parapluie. Votre enfant risquerait de coincer sa tête entre le matelas et la structure du lit et s’étoufferait.
  • Le lit de votre enfant doit être avant tout sécurisé. La petite déco mignonne n’est pas la priorité. Par exemple les jolies peluches…c’est très beau, mais elles doivent rester à l’extérieur du lit. Le joli tour de lit…il est très beau aussi et il évite à votre enfant de se cogner ! Je vous rappelle que le pic de la mort subite inexpliquée du nourrisson est entre 2 et 4 mois. On ne peut pas dire qu’à cet âge là, les enfants bougent beaucoup dans leur lit et se cognent aux barreaux. Évitez les tours de lit (surtout épais, matelassés). Si vous y tenez, privilégiez le, fin et surtout bien attaché…attention aux ficelles et à la strangulation ! Il est important que l’air circule dans le lit, au niveau du visage de votre enfant. Il est bien sûr inutile que je vous dise de ne pas choisir de lit de bébé avec des parois en plexiglas à la place des barreaux…sinon comment l’air peut il circuler ?
  • Retirez l’oreiller, le coussin d’allaitement, le réducteur de lit, attention au nid d’ange (veillez à ce que le visage soit bien dégagé).
  • En ce qui concerne le portage, les bienfaits du portage ne sont pas remis en cause, il faut tout simplement veiller à bien positionner bébé et faire en sorte que celui ci ait bien le nez dégagé. Pour vivre, votre enfant doit pouvoir respirer !
  • Ne pas fumer pendant la grossesse ou en présence de l’enfant (attention aux vêtements qui sentent le tabac)
  • S’assurer que la température de la chambre est entre 18 et 20°.
  • Pas de co-dodo. Je sais que beaucoup de mes collègues préconisent le co-dodo pour l’aspect sécurité affective de votre enfant pour qu’il soit rassuré… (Je ne contre dit pas çà!) Personnellement ma priorité est la sécurité… physique en premier lieu. Cependant, pour rassurer votre enfant, mettez son lit à côté de votre lit, comme cela, sécurité physique et affective seront assurées.

Attention aux magasins d’articles de puériculture.

Au risque de me faire huer par les grandes enseignes de puériculture, les vendeurs sont prêts à tout pour vous faire acheter ou mettre sur votre liste de naissance, des articles superflus, dont vous n’aurez pas l’utilité voir même dangereux. Les vendeurs de ces magasins sont formés aux arguments nécessaires pour vendre les produits des marques. L’exemple bête, on propose encore à la vente des cales bébés. Avant le cale bébé avait son utilité quand on couchait les enfants sur le côté (pour l’empêcher de rouler). Maintenant on couche les enfants sur le dos…on vous donne comme argument de vente que c’est pour que bébé ne se retourne pas !! Dites vous bien que votre bébé se retournera (et c’est bien normal !), mais au contraire, la présence de ce cale bébé peut engendrer risque d’étouffement. Je pourrais vous citer bien d’autres exemples !!!…

Les magasins de puériculture jouent, (comme les garagistes !), sur l’angoisse de l’accident pour vous faire acheter certains articles : le monitoring, le matelas capteur d’apnées (soyons clair, tous les bébés font des apnées physiologiques)…

Le risque de mort subite inexpliquée du nourrisson peut être considérablement diminué avec ces gestes quotidiens simples. L’association « Naitre et vivre » a été créée pour informer les familles, les professionnels, et soutenir en cas d’accident. Parlez en autour de vous, toute personne informée de ces gestes permettra de diminuer le risque d’accident.

Rêvons que ce chiffre s’approche de 0 !